Site officiel du Carnaval des femmes 2014

Tous à la fête à Paris en 2015 !!!

Prochaines dates du Carnaval à Paris :

Défilé du 18ème Carnaval de Paris – Promenade du Bœuf Gras le dimanche 15 février 2015.

Thème : Chevaliers, dragons et châtelaines.

Parcours : place Gambetta – place de la République.

Défilé du 7ème Carnaval des Femmes le dimanche 15 mars 2015.

Parcours en boucle à partir de la place du Châtelet.

Mot d’ordre : les femmes en reines, les hommes en femmes, s’ils osent !

Et d’ici-, amusons-nous en créant goguettes et ensembles de bigophones !!!

VIVE LA FÊTE !!! VIVE LE CARNAVAL !!!

Succès du sixième Carnaval des Femmes !

Le sixième Carnaval des Femmes – Fête des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême le dimanche 30 mars 2014 s’est très bien passé.

Ont participé notamment de joyeux costumés, dont l’association carnavalesque des Joyeux Vignerons de Bagneux. Tous emmenés par le rythme endiablé des infatigables et talentueux musiciens de la Batucada Badauê!

Notre édition a profité pour sa préparation des excellents conseils du médecin urgentiste Gérald Kierzek et de ses collègues Emmanuel Letinturier et Guillaume Gandoin.

La Préfecture de police nous avait dépêché un important service d’ordre chaleureux et efficace. Notre service d’ordre était entraîné par notre ami Hervé qui ouvrait le passage à notre cortège.

L’heure pressant, nous avons été amené à modifier le parcours en cours de route et, au lieu de tourner à gauche, avons tourné à droite dans la rue du Faubourg-du-Temple, évitant le crochet par la rue des Rosiers et la rue Ferdinand Duval.

Notre défilé s’est achevé rue de Rivoli à 18 heures 11, le long de la place de l’Hôtel de Ville.

Nous avons diffusé aux spectateurs de la fête 500 tracts d’annonce des cortèges carnavalesques parisiens 2015 du Bœuf Gras et des Reines des Blanchisseuses. Tract reproduit ici en bas de cet article.

Grands mercis à tous !

Et à l’année prochaine, dimanche 15 février 2015 pour le 18ème Carnaval de Paris et dimanche 15 mars 2015 pour le 7ème Carnaval des Femmes !

Modification du parcours du défilé du 6ème Carnaval des Femmes le dimanche 30 mars 2014

Le parcours du cortège du 6ème Carnaval des Femmes le dimanche 30 mars 2014 a été légèrement modifié.

Partant de la place du Châtelet à 15 heures, il effectuera tout d’abord le circuit prévu passant par le quartier du Marais. Arrivé après la rue Ferdinand Duval rue de Rivoli, il y aura un changement : le cortège empruntera par la suite à gauche la rue de la Coutellerie, initialement non prévue, puis l’avenue Victoria et arrivera enfin place du Châtelet, où la dispersion est prévue à 18 heures.

Ce changement, qui nous a été demandé, s’explique par la volonté de nous faire éviter la place de l’Hôtel de Ville.

Voici le nouveau tract annonçant le Carnaval des Femmes du 30 mars 2014 :

Le 30 mars prochain nous commencerons à diffuser le tract annonçant le 18ème Carnaval de Paris, le 15 février 2015 et le 7ème Carnaval des Femmes, le 15 mars 2015.

Après le succès du Carnaval de Paris 2014, tous au Carnaval des Femmes de Paris le dimanche 30 mars 2014 !!!

Le 17ème cortège du Carnaval de Paris – Promenade du Bœuf Gras, le dimanche 2 mars 2014 a été une très grande réussite ! La police a compté 3500 participants au défilé, contre seulement 2000 au départ l’année dernière, il est vrai sous une météo très défavorable.

Rendez-vous au prochain cortège du Carnaval de Paris – Promenade du Bœuf Gras, 18ème édition, le dimanche 15 février 2015 ! Thème libre : Chevaliers, dragons et châtelaines.

Mais, avant cela, venez tous participer au Carnaval des Femmes, 6ème cortège des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême, fête libre, bénévole, gratuite, apolitique. Mot d’ordre : les femmes en Reines, les hommes en femmes, s’ils osent !

Aucune inscription n’est nécessaire. Vous pouvez vous décider à venir au dernier moment.

Rendez-vous le dimanche 30 mars 2014 à partir de 13 heures sur le terre-plein central de la place du Châtelet, Paris 4ème, métro Châtelet.

Départ à 15 heures pour un circuit en boucle à partir de la place du Châtelet.

Itinéraire :

Départ de la place du Châtelet

Boulevard Sébastopol (sur le trottoir de droite)

Traversée de la rue de Rivoli

Rue de Rivoli (sur le trottoir de gauche)

Rue Saint-Martin

Rue Saint-Merri

Rue Sainte Croix de la Bretonnerie

Rue Vieille du Temple

Rue des Rosiers

Rue Ferdinand Duval

Traversée de la rue de Rivoli

Rue de Rivoli (sur le trottoir des n° impairs)

Rue de la Coutellerie

Avenue Victoria

Boulevard Sébastopol

Arrivée vers 18 heures :

Place du Châtelet – Dispersion.

Si vous souhaitez vous doter de petites bouteilles d’eau pour le défilé, pensez à les acheter d’avance, les commerces étant souvent en rupture de stock pour cet article courant. Si vous êtes un groupe, prévoyez un caddy suiveur avec vos bouteilles.

Tous et toutes au Carnaval des Femmes et au Carnaval de Paris 2014 !!!

Chers Carnavaleux et Carnavaleuses,

Nous voici près du Carnaval ! Fête libre, bénévole et gratuite où vous êtes tous les bienvenus !

Le 17ème cortège du Carnaval de Paris défilera le dimanche 2 mars 2014 de la place Gambetta à la place de la République. Thème libre : Fées, trolls et compagnie.

Le rendez-vous est le dimanche 2 mars 2014 à partir de 13 heures place Gambetta Paris 20ème.

Le départ a lieu vers 14 heures, 14 heures 30 pour emprunter le parcours suivant :

Départ de la place Gambetta

Prendre l’avenue Gambetta vers Ménilmontant

Arriver place Auguste Métivier

Tourner à droite : boulevard de Ménilmontant

Emprunter ensuite le boulevard de Belleville

Tourner à gauche : rue du Faubourg-du-Temple

Arriver place de la République

L’arrivée est prévue vers 18 heures et la fête se poursuit sur la nouvelle esplanade piétonnière de la place de la République jusqu’à 20 heures.

Le 6ème cortège du Carnaval des Femmes – Fête des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême défilera en boucle au départ de la place du Châtelet le dimanche 30 mars 2014. Les femmes sont invitées à se costumer en Reines, les hommes en femmes, s’ils osent !

Rendez-vous dimanche 30 mars 2014 à partir de 13 heures sur le terre-plein central de la place du Châtelet

Départ à 15 heures pour défiler sur l’itinéraire suivant :

Départ de la place du Châtelet

Boulevard Sébastopol (sur le trottoir de droite)

Traversée de la rue de Rivoli

Rue de Rivoli (sur le trottoir de gauche)

Rue Saint-Martin

Rue Saint-Merri

Rue Sainte Croix de la Bretonnerie

Rue Vieille du Temple

Rue des Rosiers

Rue Ferdinand Duval

Traversée de la rue de Rivoli

Rue de Rivoli (sur le trottoir des n° impairs)

Place de l’Hôtel de Ville

Avenue Victoria (chaussée latérale ouest)

Boulevard Sébastopol

Arrivée vers 18 heures :

Place du Châtelet – Dispersion.

Les projets de goguette et de renaissance de la Corda Fratres annoncés début octobre dernier ont pris du retard. Ce qui n’empêche pas un nouveau projet de voir le jour faisant le lien entre l’hôpital et le Carnaval : la création de goguettes thérapeutiques à l’hôpital.

Vous trouverez plus loin le texte d’un document sur ce sujet que j’ai adressé à un médecin de l’hôpital Percy à Clamart. Il parle de l’hôpital et du Carnaval.

La bonne humeur des malades, c’est super important !

A tous, une très bonne et joyeuse année 2014 !!!

Basile
06 26 67 76 39

La goguette thérapeutique,

réponse au problème du confinement des malades hospitalisés,

Lettre à un médecin militaire

Cette proposition est issue de deux réflexions, l’une sur l’hôpital, l’autre sur le Carnaval.

D’une part, j’ai fréquenté assidument votre service à l’hôpital Percy durant plusieurs années, suite à l’hospitalisation d’une personne proche à laquelle je rendais visite. J’ai pu constater au cours de ces années le problème suivant : les malades qui sont hospitalisés pour une longue durée ou des hospitalisations brèves à répétition et qui reçoivent des visites, progressivement en reçoivent de moins en moins. Le résultat est qu’ils se tournent naturellement vers la fréquentation d’autres malades. Celle-ci reste encadrée, par exemple par l’interdiction faite à chaque malade d’en recevoir d’autres dans sa chambre. Cependant, le résultat est que le cercle d’amis tend à se résumer à des personnes qui ont des problèmes de santé importants. Et ça n’est pas forcément ce qui se fait de mieux pour le moral. Problème aggravé quand il s’agit de maladies psychiatriques. Et, quand ils quittent l’hôpital, les malades sont confrontés à l’isolement engendré par l’arrêt de leurs activités habituelles. Et de leurs relations qui ont cessé de leur rendre visite durant leur hospitalisation. Ce qui ne peut qu’influer négativement sur leur état de santé ultérieur. En particulier quand il s’agit de problèmes psychiatriques.

Quand j’ai été témoin de cette situation, qui se reproduit certainement dans d’innombrables établissements hospitaliers militaires ou civils de par le monde, je me suis interrogé sur la possibilité d’y remédier.

Ce qui m’a amené à chercher à adapter le résultat d’une autre réflexion pour résoudre ce problème.

Depuis plus de vingt ans j’étudie les formes d’organisation festive du Carnaval. Chose qui à ma connaissance n’avait pas été faite auparavant. Il se trouve que le Carnaval est particulièrement fort et développé dans la ville de Dunkerque et les villes alentours. Pour quelle raison ? J’ai mis dix-huit années pour trouver la réponse.

A Dunkerque et dans les villes alentours existe une forme d’organisation festive jadis courante en France. Et qui s’appelle généralement la goguette. Elle peut aussi porter d’autres noms.

La goguette est quelque chose de très simple qui a des conséquences énormes sur le plan festif et convivial. Il s’agit d’un groupe qui doit absolument rester petit, compter moins de vingt membres. Et ici, pour les groupes de Dunkerque et sa région, le nombre maximum s’établit à douze, excepté pour trois ou quatre sociétés d’ampleur plus importante.

Les goguettes se réunissent ponctuellement dans le but de passer un bon moment ensemble, boire, manger, bavarder, danser, chanter des chansons, créer des chansons.

Jadis en France il existait des milliers de goguettes, dont des centaines à Paris. A l’époque, le Carnaval était très grand et prospère à Paris et dans tout le pays.

Suite à l’augmentation du nombre de leurs membres, les goguettes ont disparu presque partout. Et ont ensuite été oubliées. Cette augmentation est intervenue à partir de 1835, date à laquelle elles furent autorisées à compter plus de dix-neuf membres. Auparavant, c’était formellement interdit en France de regrouper pour quelque motif que ce soit plus de dix-neuf personnes dans une société organisée.

Pour des raisons qui relèvent à mon avis de la nature-même, dès qu’un groupe humain atteint vingt membres, il perd son unité. Et souffre de quantité de soucis qui, à la longue, le font le plus souvent disparaître.

A Dunkerque et dans sa région ceci n’est pas arrivé pour des raisons circonstancielles locales.

Les goguettes étaient des goguettes de marins-pêcheurs. Les marins-pêcheurs de Dunkerque et sa région partaient chaque année à la pêche à la morue au large de l’Islande et de Terre Neuve dans de petits bateaux : les lougres. Les équipages de ceux-ci étaient de douze hommes.

Résultat de cette origine des goguettes, à Dunkerque et dans les villes alentours, elles sont traditionnellement restées petites. Pour un Dunkerquois, une goguette, appelée là-bas « société philanthropique et carnavalesque », doit évidemment rester petite.

Si on observe le Carnaval dans la région de Dunkerque, là où étaient les marins-pêcheurs, il est partout énorme et les goguettes subsistent. Dès qu’on s’éloigne un peu, par exemple jusqu’à Lille, il n’y a plus rien.

Cette forme goguettière m’a inspiré la réponse au problème du confinement des malades hospitalisés que j’ai pu observer à l’hôpital Percy.

Former des groupes de malades qui se réuniraient ponctuellement pour chanter des chansons.

Cette activité serait organisée en telle sorte d’éviter que des malades d’un même service forment la totalité d’une goguette. Ainsi, on éviterait le confinement ensemble pour chanter de malades relevant d’une même pathologie.

Ces groupes seraient encadrés par des bénévoles extérieurs intervenant à l’hôpital ou des membres des équipes médicales.

La pratique goguettière pourrait ainsi rejoindre d’autres activités développées au sein de l’hôpital pour maintenir ou relever le moral des malades.

Elle profiterait de la présence de certains malades plus naturellement animateurs que d’autres.

Reprendre en chœur le refrain de chansons chantées par certains. En créer des nouvelles. C’est possible. Et ne nécessiterait aucun financement particulier.

Cette pratique développée à l’hôpital Percy pourrait être étendue aux autres hôpitaux militaires de France, de l’étranger, aux hôpitaux civils.

La pratique goguettière en hôpital pourra donner aux malades l’envie de la poursuivre à la sortie de l’hospitalisation. Et réduire ainsi les risques d’isolement social qui sont engendrés par les longues hospitalisations.

Ma proposition est simple. Mais elle est le fruit de vingt années de réflexion et d’étude du Carnaval et de son histoire.

Si vous souhaitez que nous en parlions ensemble, je suis à votre disposition pour le faire.

Paris, le 27 décembre 2013

Basile Pachkoff

Pour connaître l’histoire du Carnaval des Femmes

Vous pouvez lire un historique très complet de la Fête des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême dans Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mi-Carême_au_Carnaval_de_Paris

Renaissance de la Corda Fratres – Appel du 16 juillet 2013 aux étudiants, enseignants et administrations des écoles

 

La Corda Fratresqui a prospéré de 1898 à 1914 sur les cinq continents, comptant des dizaines de milliers d’adhérents dont dix mille aux États-Unis,était une organisation festive des étudiants du monde, basée sur la fraternité, l’échange amicale, la rencontre et l’hébergement réciproque. Ni politique, ni syndicale, ni commerciale, ni religieuse, ni étatique, ni humanitaire, elle manque à présent aux étudiants du monde. Et enrichirait leur vie d’une manière fondamentale et fantastique. Sa renaissance, si elle intervient, sera un événement majeur de l’histoire culturelle de l’Humanité. L’association Cœurs Sœurs a été nommée en référence à la Corda Fratres, en latin : les Cœurs Frères.

Cliquez sur le lien plus bas pour ouvrir le fichier.

RENAISSANCE DE LA CORDA FRATRES – BASILE PACHKOFF PARIS

 

Dimanche 30 mars 2014 : sixième Carnaval des Femmes de Paris – Fête des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême !

Bienvenue sur le site officiel du Carnaval des Femmes de Paris !

Du Carnaval des Femmes 2013 au Carnaval des Femmes 2014 :

Le dimanche 10 mars 2013 le cortège des Reines de Blanchisseuses de la Mi-Carême a été très joyeux et réussi. Merci à tous ! Nous étions plusieurs centaines, entraînés par les rythmes endiablés de la batucada Drumbata, le groupe antillais Gwada, l’Ensbatucada et notre ami Pat le Clown avec sa trompette. Envoyez-nous vos photos et vidéos !

Une vidéo réalisée par Valentin Renouf est en ligne sur Internet : Video Carnaval des Femmes 2013

 

En 2014, venez participer à la Fête traditionnelle des femmes de Paris, le 6ème cortège des Reines de Blanchisseuses de la Mi-Carême !!!!

Après le cortège du Carnaval de Paris – Promenade du Bœuf Gras le dimanche 2 mars 2014 (thème : Fées, trolls et compagnie), venez nombreux le dimanche 30 mars 2014 participer à l’autre défilé traditionnel du Carnaval de Paris : le cortège des Reines de Blanchisseuses de la Mi-Carême.

Les femmes sont invitées à se costumer en reines et les hommes en femmes, s’ils osent.

Cette fête était également la Fête des étudiants de Paris. Étudiants, venez nombreux défiler avec nous !

Comme l’a dit François Rabelais : le rire est le propre de l’homme. Rions ensemble !

Rendez-vous dimanche 30 mars 2014 à partir de 13 heures sur le terre-plein central de la place du Châtelet

Départ à 15 heures pour défiler sur l’itinéraire suivant :

Départ de la place du Châtelet

Boulevard Sébastopol (sur le trottoir de droite)

Traversée de la rue de Rivoli

Rue de Rivoli (sur le trottoir de gauche)

Rue Saint-Martin

Rue Saint-Merri

Rue Sainte Croix de la Bretonnerie

Rue Vieille du Temple

Rue des Rosiers

Rue Ferdinand Duval

Traversée de la rue de Rivoli

Rue de Rivoli (sur le trottoir des n° impairs)

Rue de la Coutellerie (modification du parcours initialement prévu)

Avenue Victoria (chaussée latérale ouest)

Boulevard Sébastopol

Arrivée vers 18 heures :

Place du Châtelet – Dispersion.

Site officiel du Carnaval des Femmes de Paris, organisé par l’association Cœurs Sœurs
Présidente d’honneur de l’Association Cœurs Sœurs : Alexandra Bristiel.
Président : Basile Pachkoff, initiateur de la renaissance du Carnaval de Paris depuis 1993

Le Dimanche 30 mars 2014 !

La Mi-Carême Célébration du Carnaval des Femmes !!!

 

Téléchargez le tract 2014 !

Programme 2010

Rendez-Vous

Rendez-vous les dimanches 6 septembre, 4 octobre, 1er novembre, 6 décembre 2009 et 10 janvier 2010 de 16 heures 30 à 18 heures pour un atelier de construction de couronnes :

au pub irlandais; « The Green Linnet »,

8 avenue Victoria,

75004 Paris,

Métro Hôtel de ville ou Métro Châtelet.

Liste des matériaux à apporter :

* boîtes de carton, exemple : boîtes de céréales ou de pâtes ;

* papier d’aluminium ou papier cadeau ou papier coloré

* vénilia adhésif transparent ou coloré

Ramenez comme outils ciseaux et agrafeuses.

Petit plus : strass et paillettes.

Ainsi que les 7 février et 7 mars rendez-vous au Pub à 16h : distribution de tracts.


 

 

 

Après l’atelier, de 17 à 19 heures, réunion à la même adresse pour parler du Carnaval des Femmes.

Rendez-vous au niveau de la Place du Châtelet

le dimanche 14 mars 2010

A partir de 13h30

pour un départ à 15H00

Suivez notre parcours : – Boulevard de Sébastopol

- Rue de Rivoli

- Rue Saint-Martin, puis à droite

- Rue Rambuteau, puis à droite

- Rue des Archives, puis à gauche

- Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, puis à gauche

- Rue Vieille du Temple, puis à droite

- Rue des Rosiers, puis à droite

- Rue Ferdinand Duval, puis à gauche

- Rue de Rivoli

- Rue Saint-Antoine, puis à gauche

- Rue de Birague

Arrivée sur la place des Vosges vers 18h00