Au Carnaval de Paris 2015 nous aurons une pensée pour Alain Riou.
02/12/2014

Mail de novembre 2014 adressé à la liste de diffusion du Carnaval de Paris :

Le 6 décembre prochain ce sera le 10ème anniversaire de la disparition d’Alain Riou, une figure très importante de la renaissance du Carnaval de Paris. Son intervention fut décisive pour assurer la réussite de mes efforts pour que revive le Carnaval de Paris.

Fin septembre 1993, je prends l’initiative de la renaissance du très grand et injustement oublié Carnaval de Paris. Suivent cinq années de galère. J’organise un cortège de renaissance prêt à sortir en février 1995. Il est interdit. Je tente à nouveau ma chance avec un cortège prévu pour avril 1995. Nouvelle interdiction, et, début février 1996, lettre d’interdiction répondant à un courrier que je n’ai pas envoyé. Entre-temps, en novembre 1995, invitation à un entretien à l’Hôtel de Ville qui ne va pas dans un sens favorable au renouveau de la fête. Je me retrouve seul et sans appuis durant des années. Mais j’y crois et persévère.

Et proteste contre l’interdiction, mais de façon carnavalesque ! En février 1996, je sors dans Paris un mini-bœuf sur roulettes et remonte les Champs-Élysées avec. En mai 1997, j’affiche 84 têtes de bœufs aquarellées dans la cafétéria des Beaux-Arts de Paris. Le 12 mai suivant j’apporte aux étudiants des Beaux-Arts de Turin et du Lycée Artistique de Turin en manifestation à Turin pour la réforme de l’enseignement artistique un tract en italien pour le Carnaval de Paris. Ils sympathisent aussitôt avec lui et manifestent en faveur du Bœuf Gras. Le 29 juillet suivant, sur le lieu de la manifestation, j’amène le mini bœuf à roulettes de 1996.

Fin octobre 1997, j’appelle une journaliste, Isabelle Bollène, qui travaille à l’époque au journal Le Parisien, pour lui dire que je n’abandonne pas la partie. Mais que vus les obstacles rencontrés, je ne suis toujours pas parvenu à réaliser concrètement quelque chose comme défilé. Elle me parle alors d’un Conseiller de Paris qui a des initiatives intéressantes et originales. Et veut faire un Carnaval. Comme j’accueille positivement ses propos, à ma grande surprise elle me propose aussitôt de lui téléphoner. Et me donne son  numéro de téléphone. Il s’agit d’Alain Riou. Sans grands espoirs, je l’appelle. Nous restons très longtemps en conversation. Alain prépare un Carnaval de Saint-Fargeau, dans le quartier parisien de Saint-Fargeau. Je lui apprends l’existence du Carnaval de Paris qu’il ne connaissait pas, et de mes efforts pour sa renaissance.

Quelques jours après, je lui rends longuement visite dans son bureau à Paris. Il me dira par la suite que l’article d’Isabelle Bollene publié en mai 1997 dans Le Parisien qui parlait de son « Rêve de carnaval » était « une bouteille à la mer ». Et que, quand je l’ai appelé, il s’est dit : « ah ! c’est peut-être justement ce que j’attendais ! »

Nos deux projets carnavalesques fusionnent. Le Carnaval de Saint-Fargeau d’Alain devient « le Carnaval de Paris, dit : de Saint-Fargeau ». Et la fête portera ce nom durant plusieurs années. J’amène savoir, contacts et vache pour le défilé. Alain dispose pour appuyer sa demande d’autorisation auprès des autorités d’un ami, très haut placé, qui peut débloquer la situation. Ce qui fait que le 27 septembre 1998, sous une pluie battante renait le cortège de la Promenade du Bœuf Gras qui n’était plus sorti depuis le 20 avril 1952.

Ça n’a pas été facile ! Alain me dira plus d’une fois que cette renaissance s’est faite « aux forceps ». Réalisé par Bernard Gazet, un documentaire de 26 minutes tourné pour France 3 : « Une envie de fête, renaissance du Carnaval de Paris », immortalise l’événement. On peut le consulter au Forum des Images de la Ville de Paris.

La collaboration entre Alain et moi s’est poursuivie durant plus de six ans. Nous avons assuré la continuité des efforts pour la renaissance du Carnaval de Paris. Et puis, fin 2004, un vilain cancer a rattrapé Alain. Il se traîne durant peu de temps, puis est hospitalisé.

Comme c’est un passionné de tout ce qu’il fait, le mercredi 1er décembre 2004, il commente encore, au téléphone avec une journaliste de l’AFP, depuis son lit d’hôpital, le procès d’Alain Juppé. Le lundi suivant, 6 décembre 2014, Alain Riou disparait à l’âge de 51 ans.

Ensuite, j’ai poursuivi sans Alain l’œuvre de renaissance de la fête carnavalesque parisienne. En 2009, avec Alexandra Bristiel, est venue s’ajouter la renaissance de l’autre grand moment du Carnaval de Paris : le cortège des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême, le Carnaval des Femmes.

Le 18ème cortège du Bœuf Gras défilera le dimanche 15 février 2015. Nous aurons ce jour-là une pensée pour Alain Riou qui a assuré la réussite de sa renaissance.

La fête se prépare. Avec nous défilera en février 2015, entre autres, le dragon Herensuge que construisent en ce moment nos amis de la Maison basque de Paris située à Saint-Ouen.

Le 7ème cortège des Reines des Blanchisseuses de la Mi-Carême, Carnaval des Femmes, défilera le dimanche 15 mars 2015.

Notre goguette parisienne poursuit son chemin. Nous passons tous les mois un très agréable moment ensemble. Et fait important, comptons à présent parmi nous un guitariste, passionné de chansons.

Les articles que j’écris dans Wikipédia sur le Carnaval de Paris s’enrichissent toujours avec de nouveaux éléments. J’en ai écrit aussi sur d’autres sujets. Si vous souhaitez connaître les 225 articles que j’ai créé, leur liste se trouve sur ma page personnelle dans Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Basilou

Le dernier article que j’ai rédigé est sur le philosophe du rire : Angelo Fortunato Formiggini. La plupart des travaux présentant son œuvre sont en italien. Là, c’est en français. Il considérait que le rire était la plus haute expression de la philosophie.

J’ai eu le plaisir d’apprendre la sortie d’un ouvrage qui parle notamment du Carnaval de Paris : Felipe Ferreira L’invention du Carnaval au XIXème siècle, Paris, Nice, Rio de Janeiro, L’Harmattan éditeur. J’ai pensé rencontrer l’auteur peu après la séance de dédicaces. Il a été trop occupé durant son bref passage à Paris. Ce qui fait que je lirais son livre après le 3 décembre seulement, quand il arrivera chez mon libraire auquel je l’ai commandé. Je ne peux donc pas vous en dire plus pour l’instant.

A relever un livre très intéressant sur les goguettes : La Goguette & les Goguettiers, par Eugène Imbert et alii, édité chez Bassac, Plein Chant 2013. Je ne partage pas le point de vue sur l’histoire des goguettes donné dans la préface de ce très bel ouvrage, qui comprend quantité de textes anciens et très intéressants et un splendide dictionnaire illustré de la goguette.

Le prochain mail envoyé à la liste de diffusion du Carnaval partira au plus tôt fin décembre. D’ici-là,je souhaite à tous un très bon Noël et de joyeuses fêtes de fin d’année !

Amicalement.

Basile

06 26 67 76 39

 

Pièces jointes, cinq photos et quatre articles :

1 – Photo de la première sortie du mini-bœuf à roulettes rue des Thermopyles le 17 février 1996.

2 – Photo des 84 têtes de Bœufs aquarellées affichées dans la cafétéria des Beaux-Arts de Paris le 2 mai 1997.

3 – Photo prise dans le cadre de la manifestation des étudiants en arts de Turin, piazza Castello, à Turin. Des lycéens en arts forment une pyramide. A son sommet, Chiara fait les cornes du Bœuf Gras de Paris, le 12 mai 1997.

4 – Photo du mini-bœuf le 29 juillet 1997 à Turin sur les lieux de la manifestation des étudiants en arts du 12 mai précédant.

5 – Article d’Isabelle Bollène paru en mai 1997 dans Le Parisien où Alain Riou parle de son projet de Carnaval de Saint-Fargeau.

6 – Premier article de presse sorti pour annoncer la renaissance du Carnaval de Paris, le 12 janvier 1998, écrit par Isabelle Bollène, dans Le Parisien.

7 – Second article paru, le 26 janvier 1998, signé Marie-Douce Albert, dans Le Figaro.

8 – Article paru le lendemain du défilé de renaissance du Carnaval de Paris, le 28 septembre 1998 dans Le Parisien.

9 – Photo prise au second défilé du Carnaval de Paris, le 26 septembre 1999 : à gauche, Basile Pachkoff costumé en Pantruche, à droite, Alain Riou costumé en Buffalo Bill. Il honorait ainsi le souvenir du vrai Buffalo Bill dont la troupe de cirque se joignit au cortège de la Mi-Carême au Carnaval de Paris 1905.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *